une-larme-m-a-sauveeAuteur : Angèle Lieby
Titre : Une larme m'a sauvée
Editions : Les arènes
Pages : 261 pages

4ème de couverture : La veille du 14 juillet, Angèle Lieby se rend aux urgences d'un hôpital de Strasbourg pour une mauvaise migraine. Son état s'aggrave et on doit la plonger dans un coma artificiel.

Quelques jours plus tard, les médecins n'arrivent pas à la réveiller : malgré toutes les stimulations , Angèle ne montre aucun signe de vie. "Il faut la débrancher" finit-on par dire à son mari.

Pourtant le jour de son anniversaire de mariage, sa fille voit une larme perler au coin de sa paupière. Angèle est non seulement vivante, mais parfaitement consciente. Et ce depuis le premier jour.

Elle raconte ici son expérience hors du commun, celle d'une femme enfermée dans son propre corps qui entendait tout, ressentait tout, sans pouvoir réagir.

Une incroyable leçon de vie, d'amour et de courage.

Mon avis : Voici un témoignage tout à fait bouleversant que j'ai lu durant les vacances. Et ce que j'ai envie de dire c'est : "oh mon dieu, comment a-t-elle pu subir tout cela ?? " Car oui, vous savez tout : les stimulations qu'elle a subi durant son coma, les attitudes des infirmières ou leurs réflexions, les appels à l'aide qu'elle a envoyé lorsqu'elle a repris connaissance et où l'on l'a laissé là sans aucune aide... Quand je dis tout, c'est vraiment tout !! Et je lui tire mon chapeau à cette dame, car elle s'est battue pour reprendre sa vie d'avant. Réapprendre à manger, à parler, à marcher, reprendre des forces, la kiné... Toutes les étapes de sa convalescence nous sont relater. Elle nous dit que sans l'amour de son mari, de sa fille ainsi que le reste de la famille et amis, elle ne se serait jamais battue.

Ce qui m'étonne, c'est qu'elle ne souhaite pas attaquer l'hôpital (médecins et infirmiers) pour négligence et mauvais traitement. Je pense qu'à sa place, je l'aurais fait. Maintenant, je sais qu'il est toujours plus facile de juger quand nous ne sommes pas dans le cas.

En tout cas, je trouve que ce témoignage est très poignant et que grâce à celui-ci, il fait prendre conscience au corps médical que nous ne sommes que des numéro de dossier ou numéro de chambre et que malgré la maladie (avec ou sans coma), nous restons des êtres humains à part entière !!