Et j'irais bien loinAuteur : Christophe Léon
Titre : Et j'irai loin, bien loin
Editions : Thierry Magnier
Pages : 149 pages

4ème de couverture : La même rengaine depuis des années : plein été, Ernest et ses parents s'installent pour passer leurs vacances dans le nord de la France. Mais cette fois, le scénario bien huilé déraille. Cachés dans leur maison, Arezu et son père malade ont trouvé là un abri après la longue fuite qui les menait de Kaboul à Calais. Jusque-là, pour Ernest et ses parents, les réfugiés faisaient partie des sujets évoqués aux infos, des histoires lointaines, souvent émouvantes, parfois menaçantes, comme venues d'une autre planète. Maintenant ils sont là, et la famille doit prendre une grave décision.

Mon avis : Voici un roman dont le sujet est plus que d'actualité !

Ernest et ses parents se retrouvent durant les vacances dans leur maison non loin de Calais. Endroit connu pour son nom, puisqu'il abrite bon nombre de réfugiés attendant de traverser la Manche et trouver meilleur endroit. C'est le cas d'Arezu et son père Mehran. Mais celui-ci, étant trop faible pour atteindre le camp de réfugiés, ils se cachant dans la maison d'Ernest. De là, énormément de questions se posent. Que faire : appeler la police ou aider ces pauvres gens ? Appeler un médecin ? Telles sont une partie des questions que se posent les parents du jeune homme.

Comme je le disais, le thème du roman est toujours, et malheureusement, d'actualité et ce dans bon nombre de pays. Ici c'est l'Afghanistan où Arezu et son père fuient la guerre.

A travers son histoire, l'auteur essaye de nous faire prendre conscience de la réalité, nous fait poser beaucoup de questions face à notre comportement envers les réfugiés. Une histoire qui nous fait sentir plus que chanceux.

Un roman sensible, rempli de poésie mais surtout d'espoir pour un avenir meilleur.

Un grand merci à Camille et aux Editions Thierry Magnier pour cette très belle lecture.